Interview de Jane McConnell autour des Digital workplace

Jane McConnell
Jane McConnell

Jane tu es une spécialiste de l’intranet et malgré l’arrivée des réseaux sociaux tu as continué à travailler principalement dans ce domaine et innover avec ta remarquable étude sur The Digital Workplace.

Pourquoi avoir résisté aux sirènes du RSE et être restée focalisé sur l’intranet, c’était un pari qui s’avère gagnant dans la durée, mais n’était-ce pas risqué ?

Au contraire, Vincent. Il aurait été risqué de « rester focalisé sur l’intranet » et aussi risqué de suivre « les sirènes du RSE » ! Le risque dans les deux cas aurait été de rester à la traîne de l’évolution de l’environnement numérique de travail (digital workplace) aujourd’hui. Comme tu sais bien, mon objectif depuis des années est de faire avancer jusqu’à carrément challenger les idées et pratiques concernant le monde de travail numérique des entreprises.

Depuis 2008 je pose des questions dans mes sondages annuels (dit « Global Intranet Strategies » jusqu’à 2010) sur les blogs, les wikis, le commenting, les prediction markets, les profils riches, les fils rss, les espace communautés…. Toutes ces fonctionnalités interactives et sociales n’étaient pas encore connues ni mis à disposition des salariés dans leur intranet dans la plupart des entreprises. Depuis 2 ans déjà l’étude s’intitule « Digital Workplace » mais le contenu visait le digital workplace bien avant.

75% des participants disent participer à l’étude car ils utilisent les questions pour faire leur propre diagnostique interne et identifier des pistes pour leurs stratégies. Donc cela renforce la mission que je me suis donnée : les mener à réfléchir sur le « pourquoi » et le « comment » de leur intranet /digital workplace.

Que change cette notion de Digital Workplace apparu il y a 3 ans mais encore peu connue en France et sur laquelle tu es devenue une spécialiste reconnue, est-ce un intranet social ou une nouvelle approche des outils 2.0?

Ce qui change est la vision et le mindset. Le digital workplace est un concept. Les gens sont au coeur de ce concept. Les RSE existent dans un certain nombre d’entreprise et, effectivement, on pourrait dire que la personne est au coeur du RSE de par sa fiche individuelle et sa page personnelle. Mais, la vision RSE a des limites tout comme l’intranet a des limites.

Il y a 3 ans j’ai créé ce schéma dwp-entry-page (http://www.netjmc.com/digital-workplace/snapshot-of-the-digital-workplace/ ) qui d’ailleurs a été repris et adapté par beaucoup de grandes entreprises dans le monde.

C’est parlant pour les dirigeants, les stakeholders et les équipes digitales dans l’entreprise.

 En fait, c’était la première visualisation du DW qui positionnait à la fois les plateformes différentes, les usages complémentaires et les 3 sphères de communication (interne, partenaire, public) dans un seul schéma simple et facile à expliquer.

Le concept du digital workplace réunit l’intranet et les RSE et bien plus. Avec une stratégie de cohérence, pertinence et complémentarité entre les plateformes différentes dans l’entreprise, on peut arriver à créer un environnement numérique de travail qui permet à chacun de trouver sa place, même créer sa place.

Peux-tu nous dire les points importants de ta dernière étude et ce que tu en retires comme vision pour les entreprises concernant leur stratégie digitale.

Le Executive Summary, publié ici (http://www.netjmc.com/digital-workplace/digital-workplace-trends-2013-executive-summary/) reprend les points principaux. En ce qui concerne l’avenir je dirai que :

·       Il faut un leadership du top mais il faut travailler avec les opérationnels pour adapter les processus de l’entreprise à des nouvelles méthodes de travail.
·       Il faut définir une gouvernance basée sur « freedom within a framework » et ne pas perdre du temps à élaborer les guidelines et règles détaillés.
·       L’importance c’est les usages et non pas les outils.
·       L’essentiel est de privilégier une vision et stratégie globale, et non pas outil par outil ou plateforme par plateforme.
·       Surtout, chaque entreprise doit définir son propre chemin tout en profitant des expériences des autres.

Mon billet « Manifesto for self-expression inside the enterprise » parle des droits des personnes dans l’entreprise : http://www.netjmc.com/organizational-change/manifesto-for-self-expression-inside-organizations/  L’intranet traditionnel ne permettait pas du tout ces usages. Mais l’intranet est le partenaire indispensable des RSE et vice versa. L’un permet les conversations, les découvertes, le serendipity. L’autre est le référentiel pour les applications et processus de l’entreprise. Chacun impacte l’autre. L’un sans l’autre n’a pas de sens.

 

Merci beaucoup Jane d’avoir permis au travers de cette interview de montrer que le digital worplace est au digital ce qu’a été le portail pour les intranet. Une couche transversale nécessaire pour assurer la cohérence et la synergie entre les différentes plateformes et outils installes dans l’entreprise orientée vers le travail, la collaboration et les échanges en ligne.

 

Une réflexion sur “ Interview de Jane McConnell autour des Digital workplace ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>