Transformation des entreprises : du bodybuilding au taichi

 

 

136092361872

Big is beautiful telle a été la devise des entreprises pendant bien des années avec des intégrations verticales et/ou horizontales et une volonté de grandir pour manger les autres et écraser la concurrence.

L’économie demandait à l’époque de pouvoir faire des économies d’échelle, de produire en masse des biens standardisés et la logique conduisait les acteurs à cette croissances sous anabolisant.

La crise a montré l’aspect artificiel de certaines réussites, le muscle affiché cachait les faiblesses d’une croissance trop rapide mais au-delà de cet aspect artificiel c’est plus profondément le modèle des entreprises qui a changé.

L’économie est devenue une économie d’innovation, de services et de biens de plus en plus personnalisés et individualisés en fonction des attentes non pas seulement du marché mais des consommateurs.

L’entreprise doit devenir agile et souple, on ne demande plus de faire voir ses muscles dans une série de poses travaillées mais de bouger tout en gardant son équilibre afin de répondre aux changements multiples  aux quels l’entreprise doit désormais faire face.

Small is beautiful désormais et cela conduit certaines entreprises à créer de nouvelles structures, des filiales pour ne pas dépasser un seuil qui comme pour un géant hypertrophié rend tout mouvement malhabile et prévisible.

Cette plasticité est aussi bien externe que interne ainsi les process d’innovation, de communication de RH doivent aussi passer de l’efficacité mécanique et rigide à la performance par la souplesse de l’apport social en s’inspirant du taichi.

La performance ne doit pas être jugée sur l’aspect externe qui demande à la fois d’avoir des muscles énormes mais pas de graisse mais sur ce que le corps permet de réaliser tout en respectant sa santé.

img6_12Intégration et lean management face à structures à taille humaine, entreprises agiles et collaboratives sont ce qu’est le physique d’un bodybuilder face à celui d’un maitre de taïchi. Le plus gros n’est ni le plus fort, ni le plus résistant et encore moins le plus adapté à l’environnement pour survivre. L’énergie est interne et la puissance est liée au mouvement, à l’esprit mais pas à la masse corporelle tout comme le passage massif pour les entreprises des ouvriers à la chaine aux ouvriers du savoir et de la connaissance.

Mettez au taichi votre entreprise et socialisez vos process !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>