Les trois étapes de création d’un réseau social

 

Beaucoup d’entreprises sont séduites par les promesses du 2.0 en entreprise en termes de performance, innovation et satisfaction des employés mais se demandent comment procéder.

Faut-il tout changer : management, organisation, valeurs de l’entreprise pour pouvoir bénéficier de ces retours positifs? Sinon il y a-t-il une méthodologie qui permette une certaine progressivité ?

 

Nous pensons que la marche forcée ne produit aucun résultat durable en termes d’accompagnement du changement dans le cadre de ces projets mêlant IT, management et RH mais qu’au contraire il faut donner du temps au temps. Donc oubliez le switch magique off-on qui vous permettrait de passer d’une forme d’entreprise à une autre avec l’aide d’un changement d’outils et quelques signes du changement par un bon plan de communication !

Au passage il existe une exception pour les entreprises qui viennent de se créer, elles peuvent bien entendu bénéficier directement des avantages du 2.0 comme système de communication, d’information et de partage si ces usages sont alignés sur ses valeurs et mode de fonctionnement.

Pour les autres la première étape est de commencer à faire du neuf avec du vieux !

Moderniser son intranet

Votre intranet date peut-être de la première génération, plus outil de communication que de partage, pourtant il peut encore vous servir afin de tester la pertinence des nouveaux usages que vous envisagez de promouvoir avec le prochain. Vous avez certainement la possibilité d’autoriser des commentaires sur vos pages, voire les votes ou les sondages…Autant de touches du changement à venir qui positionnera les salariés non pas comme de simples consommateurs d’information mais aussi des producteurs, non pas comme un public captif mais un public à fidéliser et à écouter.

Cela ne doit pas tourner au simple test de fonctionnalité mais répondre à un objectif précis, pourquoi avez-vous besoin d’entendre l’expression des salariés ? Mesurer la pertinence de certaines idées ? Détecter la qualité du dialogue social ? Permettre d’enrichir un plan d’action ? Organiser un événement ?

Bien souvent l’intranet n’a jamais été poussé dans ses derniers retranchements et c’est plus l’attrait du nouveau qui guide vers le lancement d’un RSE en pensant que « ce sera plus facile » d’attirer les salariés dessus. Travailler vos contenus, changer la façon d’écrire sur votre intranet et donner envie à vos salariés de réagir peut se faire dès maintenant.

A cette étape vous sensibilisé l’ensemble de vos salariés aux enjeux des réseaux sociaux internes comme externes et commencez à travailler avec les différents métiers sur les opportunités qu’ils pourraient trouver dans ces nouveaux usages. Vous avez une posture 2.0 dans une coquille 1.0

 

La seconde étape est de passer à un autre outil quand vous avez identifié que votre intranet même boosté devient un frein à vos projets de travailler autrement grâce aux outils de partage et collaboration en ligne.

 

Un réseau social dédié à l’efficacité des process

Ce billet ne rentrera pas dans la distinction à faire nécessairement suivant la taille des entreprises et de façon hypothétique se base sur des entreprises de plus de 1 000 personnes, seuil en dessous duquel les intranet sont rares. A partir de ce niveau et plus la taille de l’entreprise augmente plus les risques de voir les intranets comme les RSE se multiplier sont élevés si il n’y a pas une gouvernance affirmée.

Les retours d’expérience sont assez clairs, qu’ils proviennent de France ou d’ailleurs sur la difficulté de lancer efficacement un réseau social avec des seules communautés spontanées.

Je vous recommande de lancer un réseau social transversal mais dans cette seconde étape s’appuyant sur des process ou des métiers avec une gouvernance et une animation forte. Ce réseau social va venir appuyer des process RH ou autres qui peuvent s’améliorer en bénéficiant d’une couche sociale ou conversationnelle : Mobilité, intégration des nouveaux embauchés, gestion des talents, innovation marketing, risques psychosociaux, formation…

Chaque communauté doit s’appuyer sur un cadre de fonctionnement comportant les mêmes critères et répondre à des objectifs identifiés de progression de la qualité, efficacité ou de la réactivité des services. Ce n’est pas tant le nombre de communautés ni de personnes inscrites mais bien les résultats obtenus qu’il faut mesurer pour juger de la pertinence du réseau social.

Vous avez commencé à modifier vos critère d’appréciation du personnel ainsi que les formations pour les managers afin d’y inclure leur apport à l’amélioration des différents process dont ils sont responsables au travers de leur publication ou celles de leurs équipes. Vous avez établi des chartes d’usages et un guide externe d’usage des réseaux sociaux.

 

La troisième étape nous permet d’atteindre la pyramide de Maslow elle répond à l’attente des salariés de pouvoir exprimer leur talent, leur engagement et pourquoi pas leurs rêves :

Un réseau social pour la performance sociale

Vous avez franchi les deux premières étapes et commencé à changer votre culture en même temps que vous obteniez des résultats, plus d’autonomie, de responsabilité, de transversalité, de reconnaissance. Cela a changer le regard que portait les managers sur leurs équipes et vous a permis naturellement de faire évoluer les fonctions managériales du command & control vers du soutien, du sens, de la facilitation à permettre à chacun d’exprimer au mieux son potentiel au sein de l’entreprise.

Cerveau droit/cerveau gauche

Il est temps de franchir la dernière étape celle de l’accomplissement personnel et du sens social de nos actions. Vous avez réussi à emmener tout le monde sur du pur rationnel en s’adressant avant tout à leur cerveau gauche. Vous avez optimisé, rationnalisé et ainsi permis de développer de l’efficacité, de la professionnalisation. Vous avez fait vos preuves et il est temps de débloquer désormais les énergies individuelles en faisant rêver tout le monde et en donnant à chacun les clefs de sa propre motivation. Adressez-vous au cerveau droit des salariés !

Le réseau social à ce niveau est celui du dialogue social, du bien-être au travail, de la possibilité de partager pour chaque salrié ce qui lui plairait de faire dans l’entreprise ou comment il souhaiterait pouvoir travailler. Vous faite alors tomber les barrières de votre réseau social suffisamment mature afin de permettre aux salariés d’en faire un outil au service de leurs aspiration professionnelles, de leur besoin de reconnaissance sociale.

Votre rôle d’animation est crucial pour la réussite de ce niveau et repose sur des principes managériaux, RH comme des principes de community management, d’incentive et tout cela sans oublier la gouvernance ni diminuer la partie efficacité des process.

Votre politique RH est désormais orientée pour développer la performance sociale au travers des formations, de la détection des potentiels et de la recherche de l’engagement des salariés en leur donnant l’autonomie et la confiance suffisante pour qu’ils se réalisent pleinement au travers de leur travail.

Et vous à quelle étape en êtes-vous ? Une autre peut -être ?

 

6 réflexions sur “ Les trois étapes de création d’un réseau social ”

  1. « Nous pensons que la marche forcée ne produit aucun résultat durable en termes d’accompagnement du changement dans le cadre de ces projets mêlant IT, management et RH mais qu’au contraire il faut donner du temps au temps. Donc oubliez le switch magique off-on  » +1

    C’est intéressant, très axé sur les grandes Entreprises que je connais mal, mais visiblement différentes des PME

  2. Oui les TPE et PME de moins de 1000 personnes méritent une approche différente basée su les structures qui ont bien plus de réactivité et de souplesse et moins de zonez d’ombres de pouvoir du type Crozier.

  3. On retrouve tout à fait le concept de Social Learning dans votre article. Une des plus grandes difficulté à la mise en place d’un réseau social d’entreprise est sûrement le changement de mentalité que cela demande. Comme vous le soulignez la clé de la réussite va être l’engagement des salariés.

  4. Il serait intéressant d’appliquer cette analyse aux TPE et aux PME. En effet comme le souligne Vincent, ces entreprises « méritent une approche différente »…
    Trop souvent, les organisations dites « à taille humaine » s’imaginent que la mise en place d’un réseau social interne est réservée aux « multinationales »..
    Il existe pourtant des solutions parfaitement adaptées à leurs besoins ainsi qu’à leurs « petits budgets ».
    Je conseille à ces TPE et PME de se doter dune solution issue de l « open-source » (fiable et accessible). Pour info, sur la communauté TALA (www.tala.coop), les TPE et PME sont susceptibles de trouver cette « perle rare » ;-)

  5. En effet c’est passionnant de mesurer au plus près du terrain comment nos conseils peuvent se traduire en performance et en efficacité pour une TPE ou PME moyenne. Nous sommes entrain de développer un projet pour une TPE de moins de 10 personnes d’utilisation des médias sociaux pour développer sa clientèle grâce à la mise en place d’une stratégie de social marketing.

    Le projet démarre le mois prochain et nous vous tiendrons au courant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>